Tags

Related Posts

Share This

La psychanalyse au féminin

Lou Andréas Salomé

«Le narcissisme comme double direction».


Lou Andéas Salomé 1861 – 1937 :

Rencontre Sigmund Freud en 1911 lors du Troisième congrès international de psychanalyse de Weimar. Lou lui écrit : « Ma vie était en attente de la psychanalyse depuis que j’ai quitté l’enfance ». Elle est acceptée dans le cercle des pionniers de la psychanalyse aux côtés de Rank et de Ferenczi, et devient l’amie intime d’Anna, fille de Freud. Lou enrichit la théorie de ses propres analyses et se révèle fine praticienne. Freud écoute ses observations sur féminin, même si un désaccord survient à propos de la religion, qu’il place au registre des illusions quand Lou reverse la perte de Dieu au crédit des énergies vitales.

Le 5 janvier 1937, Lou Andrea-Salomé meurt. Freud lui rend alors hommage. Il louera la discrétion dans le travail d’une « personnalité demeurée dans l’ombre, d’une modestie peu commune ». Dans ses Mémoires, elle écrit : « Plus je me rapproche du terme de mon existence, plus il me devient possible d’embrasser dans son ensemble cet étrange objet qu’est une vie …

Pour en savoir plus : http://www.regards.fr/archives/2000/200006/200006cre09.html ou http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Lou_Andreas_Salome

Rilke Rainer Maria / Andreas-salomé Lou
Correspondance Gallimard, 1985 format in-8 br. 559pp. Collection Du monde entier. Texte établi par Ernst Pfeiffer, traduit par Philippe Jaccottet. – Prix : 20,3 € – Réf : 64125 en vente à : Bouquinerie l’odyssée – Ecrire – Romans sur Isère, France – 33+ 04-75-72-68-57 

Outre Anaïs Nin, Virginia Woolf – dont le très célèbre Trois Guinées n’était pas traduit en France -, les éditions Des femmes ont entrepris de faire connaître l’oeuvre de fiction de Lou Andréa Salomé, ou l’intégralité de l’oeuvre de grands auteurs brésiliens comme Clarice Lispector, Nélida Pinon, d’un écrivain japonais telle Yuko Tsushima, de faire découvrir deux écrivains vietnamiens, Pham Thi Hoai, et Duong Thu Huong, qui jouent un rôle essentiel dans ce que l’on appelle la renaissance littéraire au Viêt-Nam. http://www.desfemmes.fr/histoire.htm

Margarete Hilferding

Lors de sa première conférence donnée le 11 janvier 1911 au sein de la Société Psychanalytique de Vienne, Margarete Hilferding, première femme psychanalyste, pose d’emblée la question suivante : l’amour maternel doit-il être considéré comme inné ou non ? 

Quelques autres femmes : http://www.sisyphe.org/article.php3?id_article=673